HD
Les Chroniques Lunatiques - Solitude - Mx3.ch

Solitude

42 plays
Hip Hop
12 tracks

Added on 9 January 2019

Description
"Solitude" (Feat. Nela) Textes: Renaud de Crousaz Voix: Renow & Nela Composition: Patrik Duruz Sample: Mass Effect 3 Enregistrements et arrangements: Patrik Duruz (Longshot Studio) Mix: Patrik Duruz & Christophe Rossier Mastering: Stéphane Kroug (Studio Electric-Room) Video: Galago Design - ALBUM disponible sur toutes les plateformes - -- http://smarturl.it/lcl Facebook https://www.facebook.com/leschronique... Contact -- leschroniqueslunatiques@gmail.com MX3 -- http://mx3.ch/leschroniqueslunatiques Deezer -- https://www.deezer.com/fr/album/59145302 Soundcloud -- https://soundcloud.com/les-chroniques... Longshot Music©℗ 2018 Youtube -- https://www.youtube.com/c/longshotgeneva WebSite -- https://www.longshot.ch/ Facebook -- https://www.facebook.com/longshot.geneva Email -- longshot@hotmail.ch Paroles: C’est l’aube, un froid d’hiver, une robe de brume Une balade dans la nature à regarder s’enfuir la lune Un silence inspirant loin du vacarme, loin du métal Comprendre en le vivant que l’on est un aspirant au calme Loin de toute cette frénésie ambiante, de ses bruits mécaniques De ses sirènes d’ambulances, de ses klaxons hystériques Prendre le temps d’écouter ses alarmes, Laisser couler ses larmes Se dessiner des sourires entre bonheur et drame Tellement coupé de mon être absorbé dans la matrice Les pensées dirigées laissant nous croire qu’on les maîtrise Pendant que je crée et crie ma révolte et la poste sur youtube Ma nature désinvolte fait que je suis de ceux qu’on entube Peut-être par manque de courage ou parce que je me persuade Que je suis seul à me sentir coupable alors je fuis avec l’orgueil d’un Perceval Un chevalier sans terre ni attache particulière Devient un mercenaire plein de peur, l’honneur en bandoulière Oubliant que la colère est dirigée contre une machine A chercher un visage pour l’identifié la faire monter sur un ring Certains cherchent un passant à cogner moi j’ai besoin de causer De partager sincère des visions et des causes communes Me lâcher dans la prose comme une muse amusée Je m’auto m’use à m’user les doigt, les mots fusent et l’émoi fut Mais mes ruses durent et moi je fuis Refrain Y’a ceux qui vivent cachés, Ceux qui s’exposent Peu importe Une vie est vite gâchée et on explose On s’emporte Le plus marquant dans toutes ses turpitudes C’est qu’on s’évertue à vivre seul notre solitude Ça y est c’est l’heure ou même la campagne s’anime Au bruit lointain des tracteurs s’ajoutent des phares et leurs lueurs malignes Des yeux dans la pénombre qui se mettent à inventer des ombres Et m’inventent des histoires de nouvelles pensées m’inondent Le rythme change, reprend gentiment son cour habituel Le temps prête la tranquillité avec des intérêts au taux usuel Le vide se remplit tandis que la vie s’éveille Les soucis retrouvent leurs nids, les lampadaires ont entendu leur réveil Des carrés s’illuminent sur les façades, chaque fourmi va se mettre à l’ouvrage Le café sur la table les yeux qui piquent et la voix grave Moi je contemple se balai luminaire en savourant cette bouffée d’air Me sent en sécurité dans cette mélancolie je ne ressens plus la colère Je vais devoir remettre mon dossard redevenir le pantin docile Mais je vais rester le renard dans son terrier de ville Je rêve de chasse aux trésors d’une vie de pirate Un aventurier dans le tram se voyant sauter de liane en liane Je voudrais être le héros des autres à défaut d’être le mien Un Peter pan naïf qui protège sa part de bien Et le béton mange la vie, défile sur la vitrine au fil du rail Je regrette que les mots ne se lisent pas sur la peau en braille Besoin de contact, de toucher, marre de vivre pour cet horizon doré Besoin de sentir que l’essentiel continue d’exister Dans toute cette mascarade Moi j’ai le masque en rade Besoin d’vérité en rasade Même quand j’ai le mic en panne Je reste un oiseau de nuit qui se met à jour petit à petit Un ermite du cœur qui s’ouvre puis se replie Refrain 1x J’observe depuis ma banquette Profite d’un arrêt pour m’informer des manchettes Ça va d’Al Quaida à Nabila le monde va mal c’est un fait Mais je vis dans ce pays qui prétend faire les choses bien Et le bien je dois dire à parfois un goût infect Les mannequins prennent la pose dans les étals Les lumières s’allument les richesses s’étalent Réveillent des fantômes dans le coin des rues Mon périple touche à sa fin, je me rapproche de mon chez moi !!! Et se réveille la conscience de la chance de vivre sous un toit Mais trêve de banalité si j’ai la chance d’avoir ce que j’ai C’est que d’autres doivent en crever et qu’il n’y a pas de moralité La balayeuse me dépasse emportant quelques-unes de mes idées fugaces Plus que quelques mètres l’odeur du pain m’arrête Mais je suis fatigué enfin prêt à me reposer On est lundi Réveille-toi… La semaine vient de commencer… On est lundi Réveille-toi…
Album
Les Chroniques Lunatiques
Year of creation
2018
Label
Longshot Music©℗ 2018
Director
Patrik Duruz
Tags
rap indé, urban, pop, rap

Credits and thanks

Longshot Music©℗ 2018

Merci à Katia www.callykatia.ch (graphisme pochette CD)
et Nela https://www.youtube.com/channel/UCgB9r2TXQNZHn0y_cPKvujw

42 plays